Rechercher dans ce blog

mercredi 31 juillet 2013

L'église catholique bavaroise en perte de vitesse relative

Les sommets alpins ou pré-alpins sont plantés de croix en Bavière.
Selon le recensement de 2011, dont les chiffres viennent d'être publiés, plus de la moitié des Bavarois, environ 55 pour cent, se déclare encore catholique (source: les services de statistiques bavarois/ Landesamt für Statistik und Datenverarbeitung), mais l'église catholique perd chaque année du terrain. Il y a 15 ans, en 1987, l'année du recensement précédent, les deux tiers de la population bavaroise se disait catholique. 20,7 pour cent des bavarois sont membres de l'église évangélique. 

24,4 pour cent des Bavarois appartiennent à une autre confession ou se disent sans confession. C'est le chiffre le plus spectaculaire, il a triplé en 15 ans!

C'est la Basse-Bavière qui est la plus catholique, avec 77 pour cent de la population qui se réclame de cette confession. Les protestants sont par contre majoritaires en Franconie moyenne et en Haute-Franconie.

Ce recensement pourrait avoir un impact sur les jours fériés à partir de l'an prochain. Pour que le 15 août, jour de la fête de l'Ascension de la Vierge Marie, soit férié dans une commune, il faut que plus de la moitié de la population s'y déclare catholique...

Source: Landesamt für Statistik und Datenverarbeitung


C'est quoi la théorie du genre?


Source de l'image: cliquer ici

mardi 30 juillet 2013

Cuisine allemande: la sauce verte de la Hesse/ Hessische grüne Soße

File:Gruenne sauce zutaten in frankfurt.JPG
Photo: Dirk Ingo Franke sur Wikimedia
Voila la délicieuse recette que nous a servie belle-maman, qui est originaire de Hanau, à une bonne dizaine de kilomètres de Francfort: la Grüne Sauce (ou Grüne Soße).

C'est une sauce de crudités qui mixe sept herbes différentes: la ciboulette (Schnittlauch), la  pimprenelle (Pimpernel ou Pimpinelle), la bourrache (Borretsch), le persil (Petersilie), le cerfeuil (Kerbel), le cresson (Kresse) et l'oseille (Sauerampfer). On trouce tout cela aisément sur n'importe quel marché, au Viktualienmarkt comme sur la Marktplatz de Hanau. 

On mixe le tout au robot dans des proportions qui sont le secret de chaque ménagère hessoise avec 500 grammes de crème aigre (Sauerrahm) ou de crème fraîche, sel, poivre, une échalotte hachée, un peu de sucre et un peu de moutarde, un peu de vinaigre. Parfois un peu d'huile ou de mayonnaise.

File:Frankfurter Grüne Soße.jpg
Photo: Kai Oesterreich sur Wikipedia
Cela se sert traditionnellement avec des pommes de terres en chemise et des oeufs durs écalés encore chauds. Guten Appetit!

Men in the Alps. La vidéo du shooting 2012 pour le calendrier 2013.

L'édition du calendrier 2013 est bien entendu épuisée, mais dès le premier septembre vous pouvez commander le calendrier 2014 en cliquant sur http://www.men-in-the-alps.com/de/bestellung-verkauf/ausverkauft.html

Parcours historiques dans les quartiers de Munich

Kulturgeschichtspfade auf einem Blick
La ville de Munich fait à nouveau bien les choses! Elle  met à notre disposition 25 petits cahiers qui proposent des parcours historiques dans les endroits historiques significatifs de votre quartier munichois. Les cahiers sont rédigés en allemand et donnent un plan du parcours proposé et une explication des lieux et monuments que l'on peut y découvrir. Tous les livrets sont disponibles en pdf et téléchargeables gratuitement. Certains sont aussi disponibles en version papier. Bien réalisés et passionnants! Des cahiers supplémentaires sont en cours de réalisation.

Envie d'en savoir plus sur votre quartier ou de découvrir Munich pas à pas?
Cliquer ici pour accéder à la page du site officiel de la ville de Munich Muenchen.de qui propose les livrets.




lundi 29 juillet 2013

Des sièges du Théâtre national de Munich sont en vente


50 sièges datant de 1963 et qui se garnissaient le balcon et le premier rang du Théâtre national sont proposés à la vente. On peut les acheter à la pièce ou par groupes de deux ou trois sièges. A partir de 155 euros, empaquetage et transport non compris. Il vous faudra les monter vous-mêmes, mais le montage peut être effectué moyennant paiement supplémentaire.

Plus d'infos sur le bon de commande: Bestellschein (PDF-Download). Vu le nombre limité de sièges, les commandes seront honorées selon leur ordre d'arrivée.

Contact
stuhlverkauf@actori.de
Tel. 0049 89. 2185 1040
Fax 0049 89 2110 48023

dimanche 28 juillet 2013

Opera incognita revient au Volksbad avec le Tour d'écrou de Benjamin Britten

screw_plakat_A1_proofIl y a quelques années, Opera incognita avait eu l'idée pour le moins originale d'utiliser le beau cadre art nouveau  de la piscine du Müller'sch Volksbad pour y monter un Idomeneo dont on parle encore. Depuis la compagnie revient régulièrement à Munich pour monter des opéras à la mise en scène originale et toujours réussie.


On se réjouit de ce retour aux sources. Opéra incognita monte fin août le Tour d'écrou (The turn of the screw) de Benjamin Britten à l'occasion du centième anniversaire de la naissance du compositeur.

Première: le 31 août  2013
Puis les 4,5,6, 8, 10 et 11 septembre

Prix des cartes et plan de salle: cliquer ici

Réservations seulement chez Opera incognita: 015115809091 ou 004915115809091






Munich vue du ciel/ Munich, Germany - une vidéo


samedi 27 juillet 2013

Thèmes et histoires de l'Ancien Testament, une exposition à la Pinacothèque de Munich

Hans Baldung, called Grien
Hans Baldung Grien, Le Déluge, 1516, un prêt du Musée de la ville de Bamberg

L'ANCIEN TESTAMENT - SUJETS ET HISTOIRES

Durée de l'exposition: du 18 juillet au 20 octobre 2013

L'Ancien Testament est à la base des  traditions monothéistes: il est le fondement du judaïsme et du christianisme, et ses sujets et ses histoires sont familiers à l'Islam. En Occident, une tradition picturale remarquable liée à l'Ancien Testament s'est développée au fil des siècles. Certains des plus grands exemples de scènes de l'Ancien Testament datant d'une période s'étalant du moyen âge au baroque tardif ont été rassemblés pour cette exposition à partir des fonds des collections de peinture de l'Etat bavarois.

Albrecht Altdorfer, Hans Burgkmair, Lucas Cranach et Peter Paul Rubens, ainsi que Rembrandt, Claude Lorrain, Luca Giordano et de nombreux autres artistes, tous ont exploré les thèmes de l'Ancien Testament. Leurs œuvres illustrent la Création et la chute de l'homme, un Dieu en colère et miséricordieux, la captivité et la délivrance d'Israël de l'Egypte des Pharaons, des catastrophes aux proportions inimaginables et la destruction de civilisations entières. Ils ont peint les héros et les héroïnes qui se sont opposés bravement à leurs ennemis, et ils célèbrent la sagesse et la clairvoyance des prophètes. Dans l'exposition, on ira à la rencontre des histoires de Noé et Abraham, Isaac et Ismaël que les Juifs et les Arabes se donnent pour ancêtres, et de celles de Moïse, David, Salomon, Judith, Esther et Suzanne.

Le 37 œuvres exposées proviennent des galeries d'Aschaffenburg, d'Augsbourg, de Bamberg, d'Ottobeuren, et de Schleißheim, ainsi que de l'Alte Pinakothek et du Musée national bavarois de Munich sont également inclus dans l'exposition. Des gravures précieuses provenant des fonds des grandes bibliothèques bavaroises (Munich et Bamberg) complètent la sélection de peintures.


vendredi 26 juillet 2013

L'Ancien Testament et son environnement- du Talmud de Babylone aux psaumes d'Orlando de Lassus

L'échelle de Jacob et le combat de Jacob avec l'ange
Goldener Münchner Psalter, Clm 835
La Bibliothèque d'État de Bavière expose jusqu'au 30 Août 2013 à l'occasion du 21e Congrès de l'Organisation internationale pour l'étude de l'Ancien Testament (IOSOT), une  sélection de 31 manuscrits et de livres imprimés précieux, pour beaucoup uniques au monde, et dont le contenu est en lien direct avec la Bible hébraïque, l'Ancien Testament. 

On verra des livres écrits en hébreu, ainsi que diverses versions de l'Ancien Testament.  Le livre le plus précieux de l'exposition est le célèbre Talmud de Babylone (hébreu Cod 95), un manuscrit précieusement conservé par la Bibliothèque d'Etat bavaroise. Il a été écrit en France en  1342. On verra également un magnifique psautier d'Orlando de Lassus, superbement enluminé. Un vrai bonheur pour les bibliophiles.

Cette exposition complète admirablement la prestigieuse exposition que consacre actuellement  l'Alte Pinakothek à la thématique biblique dans la peinture ancienne.

Horaires d'ouverture
Jusqu' au 30 août 2013
Lundi - vendredi , de 10 à 19 H.
Ouverture exceptionnelle le dimanche 4 Août 2013, 13-17 H
Jours fériés: fermé

Localisation
Bayerische Staatsbibliothek, Trésor, 1er étage
Ludwigstr. 16, 80539 Munich

Plus d'infos en allemand en cliquant ici

Le Talmud de Babylone, Cod.hebr. 95

jeudi 25 juillet 2013

L'eau de Munich vient des pré-Alpes: trop bonne!

Une des meilleures eaux de table en Europe!

Written on skin de George Benjamin à l'Opéra de Munich

Le second opéra de George Benjamin Written on skin s'inspire de la 'razo'* de Guillaume de Cabestan, un récit biographique célèbre de l'amour courtois occitan communément appelé Le coeur mangé. Si le texte du libretto suit les grandes lignes de la vie de Guillaume de Cabestan, le librettiste, Martin Crimp le transforme de plusieurs manières: les noms des protagonistes sont modifiés; l'amant de la Dame n'est plus un troubadour qui en célèbre la beauté dans ses poèmes, mais un enlumineur chargé de produire un livre richement enluminé que lui a commandé le Seigneur, désigné ici comme le Protecteur; il introduit des personnages nouveaux, le Choeur des Anges et les anges archivistes, qui donnent une dimension et une profondeur supplémentaires au récit; et surtout il transforme le mode d'énonciation des personnages, qui s'expriment en un discours direct qu'ils s'attribuent à eux-mêmes par un verbe introducteur, le plus souvent le verbe 'dire'**. Dans les conventions du théâtre ou de l'opéra, cette attribution n'est pas nécessaire comme elle peut l'être dans le roman, puisque la convention de l'incarnation du personnage par l'acteur ou par le chanteur est admise. Le fait de l'introduire fait sauter la convention, pour un instant introduit une distanciation qui la rappelle, et crée un effet de réception nouveau. Le récit s'emboîte en lui-même et les répliques nous interpellent encore davantage grâce à ce procédé de déstabilisation. L'ajout du Choeur des Anges participe d'un phénomène identique. L'enlumineur, le Boy, est à la fois un des anges qui, s'il est tué en tant qu'amant humain, peut cependant être à la fois conçu comme immortel. Les anges, que l'on voit préparer les entrées en scène dans des coulisses qui font partie intégrante du décor, semblent influencer l'action au point que l'on peut se poser la question de la liberté et du libre arbitre: à quel point sommes-nous prédéterminés dans nos paroles et nos actions? Et qui sommes-nous? Puisque l'enlumineur, la soeur d'Agnès et son mari sont joués par les anges? A côté de cette question identitaire, la question de la place de la femme au sein de l'organisation sociale est également centrale dans le livret de Martin Crimp. Aux 12èmes et 13èmes siècles provençaux, cette place était codifiée dans une attribution des rôles extrêmement définie qui ne laissait en général pas de possibilité à l'amour, et c'est d'ailleurs ce que voulait manifester l'amour courtois: dans les familles nobles, les cadets de famille n'ayant pas droit à l'héritage réservé aux aînés pouvaient se faire soldats ou troubadours, ils ne pouvaient rêver aux femmes réservées aux aînés que dans le cadre d'une relation adultère et d'amours impossibles exaltées par le chant poétique. Crimp garde l'allusion au moyen âge: Written on skin, écrit sur la peau, se réfère aux manuscrits de l'époque écrits sur des parchemins, c'est-à-dire sur des peaux de bête spécialement apprêtées pour l'écriture par des artisans parcheminiers, l'enlumineur va pouvoir dessiner le corps aimé et amoureux de la femme de son Seigneur sur le parchemin, mais peut-être aussi sur le corps même de sa bien-aimée, à la manière des tatoueurs contemporains qui figent sur la peau des serments d'amour éternel et de fidélité jurée. Mais si l'allusion au moyen âge est bien présente, le texte apporte une dimension supplémentaire, bien plus vaste, atemporelle. Il se pourrait hélas qu'il faudra toujours que les femmes aient à se libérer de l'emprise des hommes et de leurs tendances dominatrices et asservissantes. Si cet opéra prend sa source dans les lieux et temps donnés du moyen âge occitan, il a une dimension beaucoup plus universelle. Le texte de Crimp est un grand texte théâtral avec une force d'expression tant tragique que poétique, et qui donne à réfléchir.


La mise en scène de Katie Mitchell a des beautés étranges et fascinantes. L'espace scénique est occupé par un grand caisson rectangulaire divisé en quatre pièces sur deux niveaux (décors et costumes de Vicki Mortimer) . Les pièces de gauche sont occupées par les anges qui s'affairent comme des costumiers en coulisses à vêtir et préparer les personnages, à tenir des archives, et qui donnent des ordres apparemment destructeurs: Annulez tous les vols des aéroports internationaux et peuplez le ciel avec des anges!...Il faut en revenir à un ordre ancien et oublié, effacer la modernité. La question de l'influence réelle des anges sur le monde des humains restera ouverte. Le texte comme la mise en scène racontent certes une histoire mais sans en définir tous les contours et sans en donner toutes les clés. La mise en scène crée un labyrinthe de sens possibles et invite à la sensation et à l'interprétation sans contrainte aucune, dans le refus de la codification. De même qu'Agnès, la femme du Protecteur et l'amante de l'enlumineur, s'éveille à la liberté en s'éveillant à l'amour, de même l'opéra éveille les sens et déstabilise la compréhension des spectateurs.

C'est aussi ce que fait la musique de George Benjamin qui nous entraîne dans un ouragan sonore, avec des entrechoquements auxquels succèdent des musiques plus éthérées que permettent l'utilisation du verrophone (harmonica de verre) ou de la harpe. A Munich, cet univers musical est magnifiquement interprété par le Klang Forum de Vienne sous la direction experte de Kent Nagano.

Barbara Hannigan et Iestyn Davis
On retrouve l'immense talent tant scénique que vocal de Barbara Hannigan en Agnès et l'excellent Protecteur de Christopher Purves, deux chanteurs qui avaient créé les rôles à Aix-en-Provence. Le contre-ténor Iestyn Davis chante The Boy, l'enlumineur, avec une force de conviction et une présence vocale magiques, et avec une agilité et une fluidité vocales étonnantes, une voix qui sait exprimer des douceurs veloutées ou monter aux cimes de sa viruosité sans être jamais criée. George Benjamin avait pris le soin d'analyser les possibilités vocales des chanteurs pour l'écriture de leurs parties, une adequation rei intellectu musicale qui conduit à des prestations de toute beauté, spécialement confondante dans le cas de Barbara Hannigan.

Avec l'oeuvre de George Benjamin, une page de l'histoire de l'opéra s'est ouverte, et quelle belle page! Written on skin ne se grave pas seulement sur le parchemin, mais vient s'inscrire dans  les chairs mêmes des spectateurs.

*Une razo est un court texte biographique en prose occitane du XIIIe siècle, qui vise à donner une interprétation d'un poème de troubadour à partir d'éléments de la vie de son auteur. 

**La citation est attribuée à son propre énonciateur par l’intermédiaire d’un verbe introducteur. Ce verbe peut être passe-partout, neutre comme dire, ou ajouter des informations diverses comme hurler, beugler, bredouiller, murmurer, prétendre. Le discours direct tente de restituer fidèlement la vivacité, l’expressivité du propos rapporté.

Post précédent de présentation générale: cliquer ici
Présentation en allemand et chemin vers les réservations sur le site de l'Opéra de Munich.
Prochaines représentations au Prinzregententheater: ce soir et samedi soir, 25 et 27 juillet. Il reste quelques places.

Crédit photographique: 
  • Wilfried Hösl pour les photos de l'opéra
  • Luc Roger pour la photo de George Benjamin

mercredi 24 juillet 2013

Le cuisinier du Roi, un film sur un jeune cuisinier à la cour de Louis II de Bavière, Theodor Hierneis



Le cuisinier du roi/ Theodor Hierneis, le cuisinier de Ludwig.

Titre original :Theodor Hierneis oder wie man ehemaliger Hofkocher wird.
Réalisé par :Hans Jürgen Syberberg
Avec :Walter Sedlmayer
Année de production : 1972-1973
Durée: 84 minutes
Le film a été couronné par un Deutscher Filmpreis, de même que l'acteur pour sa performance.
Ce film aurait été montré pour la première fois à la télévision en 1973, dans une version raccourcie de 60 minutes. Il est parfois diffusé par l'une ou l'autres chaînes de télévision allemande.

Th. Hierneis oder: wie man ehem. Hofkoch wirdA la fin de sa vie, en 1953,  l'ancien cuisinier de la Cour Th. Hierneis alors âgé de 83 ans, nous livre ses mémoires de l'époque où il était apprenti cuisinier dans les cuisines de la cour de Louis II de Bavière. Ses souvenirs donnent quelques indications intéressantes sur la nature du service. ce film contribue aussi à nous faire connaître les traditions de la classe moyenne en province à l'époque de Louis II. Theodor Hierneis nous entraîne sur les lieux où il entra, jeune cuisinier, au service du roi Louis II de Bavière, avant de devenir fournissseur de la cour en spécialités culinaires. Il nous fait visiter les coulisses de quelques châteaux (Linderhof, Neuschwanstein et le chalet de montagne de Schachen) et raconte sa vie quotidienne à la Cour, les désirs et les habitudes d'un roi étrange et capricieux qu'on devait servir, vêtu d'un masque pour ne pas croiser son regard. Il mentionne des détails comme la mauvaise dentition du Roi ou l'attitude de soumission rampante qu'il fallait prendre en présence du souverain. Il donne des détails intéressants sur les menus, notamment sur ceux des plus simples d'entre eux, les soupers, qui ne comportaient que huit ou neuf plats. Il évoque enfin la peine de Hierneis lors de la fin tragique du souverain avant d'émettre quelques doutes sur la version de l'accident qui lui coûta la vie.

Quelques photos

Walter Sedlmayr, Theodor Hierneis oder Wie man ehemaliger Hofkoch wird

Walter Sedlmayr, Theodor Hierneis oder Wie man ehemaliger Hofkoch wird

Walter Sedlmayr, Theodor Hierneis oder Wie man ehemaliger Hofkoch wird

Walter Sedlmayr, Theodor Hierneis oder Wie man ehemaliger Hofkoch wird

Walter Sedlmayr, Theodor Hierneis oder Wie man ehemaliger Hofkoch wird

Walter Sedlmayr, Theodor Hierneis oder Wie man ehemaliger Hofkoch wird

Walter Sedlmayr, Theodor Hierneis oder Wie man ehemaliger Hofkoch wird

Voici le début du film



On peut voir des extraits supplémentaires en cliquant ici.




Opera pour tous 2013 offre le Requiem de Verdi aux Munichois

Zubin Mehta

Comme chaque année, l'Opéra de Munich a programmé un concert gratuit sur la place Max-Joseph ce samedi 27 juillet à 20H30. Au programme, l'ouverture Egmont de Beethoven et la Messe de Requiem de Giuseppe Verdi. ATTACCA, l'orchestre des jeunes de l'Orchestre d'Etat bavarois est placé sous la baguette prestigieuse de Zubin Mehta, qui a dirigé l'Orchestre d'Etat bavarois de 1998 à 2006. 

La soirée, entièrement gratuite, et pour laquelle il ne faut pas se procurer de billet d'entrée, est sponsorisée par BMW. Les premiers arrivés sont bien sûr les mieux installés. 

Avec la participation de la soprano Sondra Radvanovsky, de la mezzosoprano  Ekaterina Gubanova, du ténor Joseph Calleja et de la basse  René Pape

Orchestre d'Etat bavarois (Bayerisches Staatsorchester)
Choeurs de l'Opéra d'Etat bavarois (Chor der Bayerischen Staatsoper)

mardi 23 juillet 2013

Le Duc Franz von Bayern, chef de la Maison Wittelssbach, a fêté ses 80 ans au château de Schleissheim

File:Prinz franz von bayern.jpg
Le Duc peint par Dieter Stein
François de Bavière (Franz Bonaventura Adalbert Maria von Bayern), est né le 14 juillet 1933 à Munich. Il est l'actuel chef de la Maison de Bavière. Vu autrement, si la monarchie existait encore en Bavière, il en serait actuellement le Roi. Le Duc Franz von Bayern est célibataire.

S'il est né un 14 juillet, c'est ce lundi 22 juillet qu'une grande fête d'anniversaire a été donnée. Sur les 2500 invités, deux cents personnalités issues de la noblesse, de l'église, des mondes politiques, artistiques ou industriels, ont pu féliciter personnellement le duc à l'occasion de son quatre-vingtième anniversaire.

La réception a eu lieu dans le décor somptueux du château de Schleissheim. De nombreuses fanfares et harmonies, des groupes en costumes traditionnels étaient venus célébrer la fête du Duc. Les chants choraux du  choeur d'enfants de Bad Tölz enchantèrent également l'assistance.

Parmi les personnalités, on notait la présence du Ministre-Président bavarois Horst Seehofer accompagné de nombreux membres de son cabinet, la chanteuse Anne Sophie-Mutter, le chef d'orchestre Kent Nagano, le cardinal Walter Brandmüller qui remit au Duc les bons voeux du pape François, le cardinal munichois Reinhard Marx et son prédécesseur Friedrich Wetter, ainsi que Peter Löscher, qui préside aux destinées de l'entreprise Siemens.

Le Prince Luitpold de Bavière et le Prince Leopold en Bavière vinrent accompagnés de leurs familles. L'ancien président de la République Roman Herzog et son épouse félicitèrent également le Duc.

Les invités purent assister à une parade d'honneur  de 500 tirailleurs  et de compagnies en costumes traditionnels qui défilèrent  aux sons notamment de l'hymne bavarois et de la marche de défilé bavaroise. Des teckels, les chiens préférés du Duc, participèrent également au défilé.

Lang soll er leben!

lundi 22 juillet 2013

A. Tchaikovsky- The merchant of Venice- Nielsen/Warner- Bregenz juillet 2013

Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. Le pianiste et compositeur anglo-polonais André Tchaikovsky (1935-1982), qui ne jouissait pas de son vivant d'une réputation de patience et était connu pour ses sautes d'humeur, a dû, pour ce qui est de ses passions shakespeariennes, attendre de longues années de repos posthume pour voir ses ambitions réalisées. Etrange jusque dans la mort, André Tchaikovsky avait légué son crâne à la Royal Shakespeare Company (RSC) en émettant le souhait que son crâne soit utilisé dans Hamlet: il fallut attendre 2008 pour que l'acteur David Tenant l'utilise dans une production de Hamlet. André Tchaikovsky, né Robert Andrzej Krauthammer en 1935 à Varsovie dans une famille juive et rebaptisé Andrzej Czajkowski pour échapper au ghetto et aux persécutions nazies, avait souhaité que le crâne d'un Juif, le sien,   vienne hanter la pièce de Shakespeare, surtout si la réputation antisémite de Shakespeare s'avérait être vraie. Vingt six ans après son décès, c'était chose faite pour quelques représentations, et cela a même inspiré le motif d'un timbre émis en 2010 à l'occasion du cinquantième anniversaire de la Royal Shakespeare Company.

Ensuite il a fallu attendre l'été 2013 pour que l'unique opéra de Tchaikovsky, The merchant of Venice, une adaptation du fameux texte de William Shakespeare composée dans les années 70, soit porté à la scène, en première mondiale, au festival d'été de Bregenz. Le personnage de l'usurier  juif Shylock sert de sinistre pivot à l'intrigue. Tchaikovsky, dont l'enfance tragique fut marquée par les persécutions de l'horreur nazie, n'a échappé au ghetto de Varsovie que grâce à sa grand-mère qui changea son nom et celui de l'enfant pour échapper à une mort certaine. Il perdit sa mère qui fit le choix de rester dans le ghetto et fut déportée à Treblinka où elle mourut en 1942. Le choix du Marchand de Venise, qui comporte une figure juive inquiétante, correspond tant aux origines du compositeur qu'à sa fascination pour Shakespeare.

Probenbilder von "Der Kaufmann von Venedig" bei den Bregenzer Festspielen 2013 | Bild: Bregenzer Festspiele / Karl Forster

La musique de Tchaikovsky met en opposition les deux mondes que la pièce de Shakespeare oppose elle aussi: la ville d'affaires et de commerce qu'est Venise est un monde masculin dominé par le pouvoir, l'argent et l'intolérance alors qu'à Belmont règnent la féminité, l'amour et la musique. Pour Venise Tchaikovsky crée  une musique sombre et lugubre où les sons s'entrechoquent, alors qu'il dépeint Belmont avec des touches exquises qui évoquent la musique de la Renaissance. L'oeuvre s'inscrit dans une tradition de modernité avec des lignes qui rappellent Debussy, Alban Berg ou Chostakowitch. Elle accentue le tragique avec notamment de grands moments d'intensité dramatiques autour du procès de Shylock puis fait volte face, devient légère, nous surprend, nous décontenance  et nous rappelle non sans fantaisie que l'oeuvre de Shakespeare est une comédie.

Probenbilder von "Der Kaufmann von Venedig" bei den Bregenzer Festspielen 2013 | Bild: Bregenzer Festspiele / Karl Forster

Le metteur en scène  Keith Warner en donne une lecture qui facilite la compréhension de l'oeuvre en la visualisant, avec une simplicité de moyens qui se décline en de beaux décors à la symbolique limpide conçus par Ashley Martin-Davis. S'il ouvre la pièce par la vision d'une scène de psychanalyse, l'histoire étant racontée par un patient couché sur le divan et s'il donne une touche années 20 à l'ensemble de la production, on reste cependant proche de l'atmosphère de la pièce de Shakespeare: pour Venise, deux grands caissons gris mobiles figurent la salle des  coffres sans odeur d'une banque, une finance qui ne fait pas dans le sentiment finance, froide et calculatrice. Le deuxième acte se déroule dans les jardins de Portia, un labyrinthe vert en losange contenant les trois coffres qui décideront de l'amour et des faveurs  de la belle, et qui se reproduit en vidéo sur la toile de fond. Pour la scène du jugement du troisième acte, les caissons du premier acte se déplacent aisément pour former la salle dépouillée d'un tribunal. La tension de l'oeuvre de Tchaikovsky y atteint son paroxysme, le Juif Shylock exige son dû: une livre de chair. La musique intensifie l'opposition entre la conception de la loi vétéro-testamentaire  défendue par Shylock, et celle du pardon et de la charité chrétienne que prônent les autres protagonistes. On sent que le compositeur a nourri cette scène de la tragédie profonde son histoire personnelle, et, partant, nous offre un splendide moment d'opéra. Le conflit oppose des voix auxquelles on ne s'attendait peut-être pas: le  baryton puissant et fier de Shylock, chanté par un Adrian Eröd magnifique dans le rôle affronte le contre-ténor beaucoup plus léger d'Antonio, que Christopher Ainslie chante de manière nuancée mais parfois trop discrète, comme pour rendre la dépression et peut-être la probable homosexualité qui minent le personnage: l'homme a tout donné et tout perdu pour son ami Bassiano (Charles Workman) qu'il aime sans doute secrètement et sans espoir. Le Doge de Venise, qui  rend ses arbitrages, est chanté par Richard Angas, avec une voix d'outre-tombe chargée d'empâtements et une grande stature qui convient à la dignité du rôle. Magdalena Anna Hofmann (Portia), Verena Gunz (Nerissa), Jason Bridges (Lorenzo), et David Stout (Gratiano) donnent des interprétations heureuses de leurs personnages, avec une égale virtuosité. Erik Nielsen dirige avec précision et maîtrise l'orchestre symphonique de Vienne, avec la prudence qui convient pour faire découvrir une musique jamais entendue. 

On reste étonnés du changement de ton de la partition aux dernières scènes de l'opéra. Dès l'entrée en scène des femmes amoureuses déguisées en juristes, le tragique déchirant du personnage de Shylock qui de quémandeur sûr de son bon droit devient victime et perd tout, contenance et possessions, fait place à la légèreté d'une comédie primesautière. Tout est bien qui finit bien, sauf pour Shylock, que Tchaikovsky a su cependant débarrasser de son image de requin impitoyable et auquel il rend sa part d'humanité. La longue tirade de Shylock devint sous sa plume une superbe aria, qui reprend le texte de la pièce originale.*

En poussant un brin, c'est comme si le crâne de Yorick/Tchaikovsky dans les mains d'Hamlet s'était mis à parler et à évoquer Shylock: Alas, poor Shylock! I knew him, (...); a fellow of infinite jest, of most excellent fancy...

Au sortir de cet opéra, l'envie de le revoir, pour arriver à en donner davantage que des impressions et à le mieux saisir. Mais c'est le privilège d'une première mondiale de peut-être assister à un moment d'histoire dont on ne peut saisir d'emblée tous les tenants et aboutissants. Ce privilège, le Festival de Bregenz nous l'offre à nouveau cette année.

*"Est-ce qu’un juif n’a pas des yeux ? Est-ce qu’un juif n’a pas, comme un chrétien, des mains, des organes, des dimensions, des sens, des affections, des passions ? N’est-il pas nourri de la même nourriture, blessé par les mêmes armes, sujet aux mêmes maladies, guéri par les mêmes remèdes, réchauffé et glacé par le même été et le même hiver ? Si vous nous piquez, ne saignons-nous pas ? Si vous nous chatouillez, ne rions-nous pas ? Si vous nous empoisonnez, ne mourons-nous pas ? Et si vous nous faites du mal, ne nous vengerons-nous pas ? Si nous sommes semblables à vous en tout le reste, nous vous ressemblerons aussi en cela. "

Prochaines représentations

Le 28 juillet 2013 à Bregenz.

L'opéra est coproduit  avec l'Institut Adam Mickiewiczet le Théâtre Wielki de Varsovie.

Crédit photographique: Bregenzer Festspiele / Karl Forster

vendredi 19 juillet 2013

Le chancelier Kohl témoin officiel d'une union homosexuelle

Le monde à l'envers! Alors que la Chancelière Merkel et son parti, les chrétiens-démocrates de la CDU et leurs alliés bavarois de la CSU, s'obstinent à refuser d'accorder le mariage et l'adoption pléniers aux couples gays et lesbiens, son prédécesseur, l'ancien chancelier Kolh, qu'on ne peut quand même pas soupçonner de crime de lèse-conservatisme, a été témoin d'un 'mariage gay à l'allemande', c'est-à-dire de l'enregistrement d'un partenariat pour couples de même sexe.

Helmut Kohl est aujourd'hui âgé de 83 ans et a été témoin du partenariat de son avocat,  Stephan Holthoff-Pförtner  (64 ans ), membre de la CDU, et d'un autre juriste, son partenaire Klaus Sälzer (54). la cérémonie a eu lieu au Tegernsee, en Bavière. Kohl aurait déclaré avoir accepté avec plaisir d'être le témoin de cette union. Le Ministre des Affaires étrangères allemand Guido Westerwelle, lui-même uni par un partenariat enregistré à son compagnon, Michael Mronz, était l'autre témoin. 

L'avocat Stephan Holthoff-Pförtner avait défendu le Chancelier Kohl dans les années 90 dans l'affaire des donations au parti chrétien-démocrate.

Le chef de la Chancellerie, Ronald Pofalla (CDU), était également présent à l'enregistrement du partenariat. 

Quand on observe le décalage entre les propos des politiciens CDU et la réalité de la société à laquelle ils tentent d'imposer leurs vues, il serait sans doute temps qu'ils abandonnent le jeu politicien et accordent aux couples lesbiens et gays allemands les pleins droits au mariage et à l'adoption.

Source: toute la presse allemande en parle, parfois en s'en amusant...
Source de la photo: découpage d'une photo sur wikimedia commons (Christliches Medienmagazin pro)

Festival de Bregenz: la Flûte enchantée - Reportage photographique

Pour une présentation de la Flûte enchantée au Festival de Bregenz 2013, 
et ici (post 2, données techniques et photos des coulisses)
Avant l'ouverture, Pamina accompagne la dépouille de son père
sur la gondole funéraire
  
Tamino entre en scène sur une main géante...
  
...et est attaqué par un monstre lacustre
Les Dames viennent au secours de Tamino
montées sur des oiseaux mythiques
Les trois chiens dragons, Sagesse, Raison et Nature
    
Pamina incarcérée dans une cage de verre
portée par une tortue lacustre
  
La Reine de la Nuit et Tamino
La forêt de graminées géantes, le Vert de la Nature
Les trois jeunes garçons, adjuvants de Taminoi
    
Le monde doré de Sarastro
La Reine de la Nuit et Pamina
 
 
Crédit photographique Luclebelge