jeudi 22 mars 2018

Die lustigen Nibelungen (Ces drôles de Nibelungen) d'Oscar Straus



Oscar Straus (né Strauss), un compositeur autrichien né à Vienne en 1870 dans un milieu nanti fort libéral, - son père était banquier -, put très tôt suivre sa vocation musicale et eut dans sa jeunesse pour maître rien moins que Johannes Brahms. Le jeune Straus se mit à la composition dès l'âge de 10 ans. En 1921, il se rendit ensuite à Berlin pour y travailler avec Max Bruch. C'est là qu'il composa ses premières chansons pour un cabaret dans lequel il travaillait comme pianiste. Il composa des opérettes, dont Die lustige Nibelungen, une parodie sur des thèmes wagnériens. En 1907, Rêve de valse lui valut un joli succès et il continua ensuite sur cette lancée. Dans les années 30, il fut engagé à Hollywood pour y composer des musiques de films. Juif, il fut contraint à l'exil pour échapper au nazisme. Après la guerre, il s'installa à Bad Ischl où il mourut en 1954. La petite histoire raconte qu'Oscar Straus supprima un s à son nom de famille de manière à se différencier de la célèbre famille Strauss, ces autres compositeurs autrichiens.



Die lustige Nibelungen (Les drôles de Nibelungen) est une opérette burlesque en trois actes d'Oscar Straus sur un texte de Rideamus (pseudonyme de Fritz Oliven). La première eut lieu le 12 novembre 1904 au Wiener-Carl-Theater. Il s'agit du premier grand succès d'opérette de la carrière d'Oscar Straus.

L'intrigue est fortement simplifiée d'une manière amusante: Siegfried est un producteur de vin mousseux, et l'intrigue épique est transformée en  drame burlesque. À la fin Kriemhild et Brunhilde doivent se partager leur Siegfried. Musicalement Straus se réfère à certains moments  à Wagner qu'il parodie, mais reste globalement dans le langage musical de l'opérette.

Bande annonce de la production du Staatstheater de Karlsruhe (à voir encore le 22 juin 2018)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire